"Owi des blogs, encore, ENCORE"

Avatar de l'auteur

par Loud
le 4 avril 2012

Photek Dj Kicks

DJ-Kicks 2012 – Tu veux ma Photek ?

Faut-il vraiment s’excuser des jeux de mots minables ? Hommage à Maurice Barthélémy.

La réponse est oui, si on peut aider à procrastiner. Mais avec de la musique, de la vraie, de la bonne. L’entrée en matière digressive s’arrête ici.

Le label !K7 dévoile son nouveau DJ-Kicks, série de mixs techno/house signés par des Dj d’ici et d’ailleurs, depuis 1995. On se souvient d’Apparat, James Holden, Kode9, Chromeo, Four Tet, Tiga, Terranova, Carl Craig et j’en passe. Cette fois c’est Photek qui s’y colle et nous cale en bloc une mixture propre, sans fioritures.

Du flair M. Photek, moins célèbre sous le nom de Rupert Parkes (on t’a reconnu). Puisse cette galette te remettre sur les marches du respect. Ben ouais, t’étais où Rupert ? On s’était donné rendez-vous dans 5 ans ? Le monde de 2007 n’est plus, bienvenue dans l’e-monde 2012. Le pionnier désenchanté de la drum’n'bass nous livre ses états d’âmes d’une seule traite. Hey garçon ! Tracklist s’il te plaît :

01. PHOTEK – AZYMUTH
02. KROMESTAR – IN 2 MINDS
03. HOT TODDY FEAT. RON BASEJAM – I NEED LOVE
(MORGAN GEIST’S LOVE DUB)
04. DLX – MODERN MAN
05. DJG – HERE COME THE DARK LIGHTS
06. DUSTMITE & KURU – DARE
07. PHOTEK & PINCH – M25FM
08. PHOTEK – NO AGENDA
09. BABY FORD + EON – DEAD EYE
10. MARCO EFFE – SEXGAS (ARNAUD LE TEXIER RMX)
11. DJG – SAY SOMETHING
12. GUY J & MIRIAM VAGA – NO UNDER BUT YOU
13. DAZE MAXIM – TOMORROW UNIVERSE
14. SEPALCURE – TAKING YOU BACK
15. PHOTEK – LEVITATION
16. PHOTEK & KURU – FOUNTAINHEAD
17. SYNKRO – LOOK AT YOURSELF
18. PHOTEK – 101 (BODDIKA REMIX)
19. PARXE & GRINCHEUX – THE ART OF NOTHING PT. 1

(Lamentable ctrl+C/ctrl+V, navré)

L’intégrale est disponible sur Spotify et Deezer. La griffe Dj-Kicks c’est surtout un titre exclusif du Dj dans le mix. Deux titres là dessous dont l’exclu en question (piste 16) :

Maintenant qu’en dira-t-on ?

Un voyage extra-temporel à bord d’un dancefloor brumeux, glauque et étrangement sensuel. Avec ces quelques tubes techno-house mixés au bistouri, on a affaire à une expérience d’écoute où s’entremêlent euphorie et chaos. Le Dj britannique opère la traversée de mélodies charismatiques qui se succèdent délicatement, vicieuse greffe de nappes phonétiques abyssales dignes de la bass music sur un tempo résolument techno.

Et le dancefloor te dépose au dédale d’une ville obscure, dans un de ces pays rejetons de l’ex URSS. La porte que tu cherches est sans doute celle d’un club investi dans un ancien asile, désaffecté depuis le milieu des 60′. Ca pue le rance et l’ammoniac, tu y es. Étrange, y’a pas de videur. Puisque t’es là, vas-y, entres.

Tu t’engages alors dans un flottement métronomique, au milieu d’un amas de silhouettes incandescentes et le vacillement narratif des lueurs de la « house ».

Si tu restes assez longtemps, il est possible que tu sois surpris par quelques voix tourmentées, sinistres spectres hallucinatoires des anciens pensionnaires de l’asile. Mais c’est une autre histoire.

BREF, laïus assumé pour un retour solennellement réussi qui n’engage que les oreilles d’Electroblog. D’autant lorsqu’on note que Photek signe le 17e Dj-kicks, précisément pour les 27 ans de !K7… Paroxysme du fétichisme, le label en profite pour sortir sa seconde Dj-Kicks  The Exclusives — Compile ultime des exclus de chaque Dj Kicks — qui ne contient pas 17 titres.

Pour le reste, parait-il que l’artiste bosse sur un nouvel album, avec « beaucoup de styles et de sons différents ». Ce n’était peut-être qu’un avant goût des influences qu’il laisse fermenter depuis son retrait de la scène…

Catégorie

Artiste(s) concerné(s):

Partager

Share |

Voir aussi

Réagir